Le calvaire de Montrabault

Cela faisait  une trentaine d’années que la croix de Montrabault avait disparu, il était urgent d’intervenir, car après tant d’années, la nature avait complètement effacé ses traces : l’ouvrage en bois n’était plus, le socle de pierre était recouvert par de la terre et des broussailles. Grâce aux témoignages des habitants, nous avons pu retrouver son emplacement initial, et après quelques heures de travail, le calvaire fut retrouvé. Il ne restait plus qu’à confectionner la nouvelle croix. Pour cela, une poutre de l’ancien bâtiment conventuel, datant du XVIIème siècle, nous fut offerte.  Sous une pluie battante, elle fut dressée sur son embase le premier jour du printemps de l’année 2010.

Témoignage de la ferveur des hommes, ce calvaire symbolise également ce lieu qui fut au Moyen-âge l’un des faubourgs de cette ville, et redevient aujourd’hui un passeur de mémoire.

Publicités

Le calvaire de Courcemont

Non loin d’Orbais, se dresse sur un rocher de meulière, le calvaire de Courcemont. Ce témoignage du passé rend hommage à  l’un des  moines de l’Abbaye d’Orbais enlevé par les Hongrois. Hucbold, pendant sa captivité, reçut plusieurs flèches de ses ravisseurs qui vinrent se briser sur son corps, et les coups portés par les épées des Hongrois ne purent atteindre le moine. Il fût libéré par la suite lorsqu’un évêque payât sa rançon. Lieu de prière, hommage rendu au miracle, le calvaire de Courcemont témoigne aujourd’hui encore, de la foi d’Hucbold.

Calvaire de Courcemont

L’industrie et l’Abbaye d’Orbais

L’implantation des abbayes en milieu rural au Moyen-Âge va transformer l’industrie et l’agriculture. A Orbais, le savoir des moines est mis a contribution, de vastes chantiers sont mis en œuvre pour canaliser le ru et les sources qui traversent le village : passages voûtés, construction de digues, vannes de régulation, fontaines. Des moulins et bien d’autres bâtiments seront ensuite construits pour assurer la production de farine, de briques, de peaux tannées, de fer forgé. De vastes forêts seront coupées et les marais asséchés pour permettre la culture céréalière et l’élevage. Les retenues d’eau, en amont des digues, serviront la pisciculture. Les moines utiliseront tout le savoir de l’ingénierie antique et moderne ainsi que la force hydraulique pour faire prospérer l’économie locale.

Orbais l’Abbaye, le village

Le village d’Orbais est connu pour son abbaye fondée par Saint Réole au VIIème siècle. Mais ce petit village de Champagne est, avant tout, un lieu où s’exprime la nature. En effet, blotties dans la vallée du Surmelin et entourées par de vastes forêts, les bâtisses épousent les terrains vallonnés et suivent leurs nombreux cours d’eau. L’architecture, en son centre, garde sa ligne médiévale : ses petites ruelles sinueuses ont traversé le temps, on peut aisément s’imaginer marcher sur les pas de ceux qui firent l’histoire d’Orbais l’Abbaye.

vue sur les toits d'orbais